7 janvier 2016

Lettre ouverte au responsable de la décharge

déchargeLes pluies de saison et surtout le manque d’entretien des routes qui mènent à la décharge, entraînent depuis plusieurs semaines des fumées quotidiennes et des odeurs nauséabondes qui sont insupportables pour notre village d’Andralanitra, tout proche, et pour les 4.000 élèves qui étudient dans les écoles. En effet, l’accès à la décharge est difficile, la circulation des camions à l’intérieur, pratiquement impossible car les anciennes plateformes ont été détruites à cause de l’absence d’organisation et d’anticipation, ce qui fait que les ordures sont déversées sans ordre, à l’entrée, à proximité des écoles. Les camions attendent pendant ce temps des heures avant de pouvoir décharger leurs déchets. Nulle part ailleurs dans le monde les ordures sont déversées à l’entrée d’une décharge ! Quand on sait qu’avec un peu d’organisation et de bonne volonté, elles pourraient être déchargées au fond et au milieu de la décharge. Mais pas à la porte d’entrée ! C’est un problème qui ne devrait même pas exister. Mais devant la récurrence de cette situation, qui se produit chaque année, nous avons décidé une nouvelle fois d’écrire au responsable de la SAMVA (l’organisme en charge des ordures dans la ville) afin de remédier à ce problème. Profitant de la reprise des cours de la nouvelle année (la rentrée scolaire a eu lieu hier, mercredi 6 janvier), le Père Pedro a parlé devant les 4.000 élèves pour les encourager à continuer d’étudier et de s’engager pour préparer leur avenir. Ensuite, il a parlé aux parents d’élèves présents, ainsi qu’aux éducateurs, les incitant à se serrer les coudes pour défendre les droits qu’ont tous les citoyens de vivre dans un environnement sain. Les parents et les élèves ont tous répondu avec des hourras qu’ils sont prêts à défendre cet environnement propre et leur droit d’avoir un air propre autour de leurs écoles. Cette lettre, adressée au responsable de la SAMVA (Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo), a été lue devant toutes les personnes présentes, afin de leur faire savoir l’engagement et le but de notre demande.

Vous pouvez lire cette lettre ci-dessous :

 

Antananarivo, le 05 janvier 2016

Monsieur RATSIMBAZAFY Serge
DG SAMVA / Et Chef de Projet
Lot II A 78 U Bis AB
Soavimbahoaka – Antananarivo 101

 

Monsieur le Responsable Général,

Ce n’est pas la première fois que nous vous envoyons une lettre pour exposer le grave problème provoqué par le tas d’ordure qui grossit de façon anarchique, ici à Andralanitra, depuis déjà fort longtemps. Nous ne pensions pas qu’après le projet commun de l’AFD et de la COLAS, le même problème surviendrait une nouvelle fois.

Nous étions pourtant satisfaits de voir le travail accompli par ce projet, ainsi que les travaux d’assainissement réalisés autour de la décharge. Des progrès avaient été faits, il y avait un espoir, parce que les camions de la voirie pouvaient circuler à l’intérieur de la décharge ; en outre, derrière l’école d’Akamasoa où étudient 4.000 élèves, le terrain était propre, avec un parking et un espace vert.

Mais aujourd’hui nous constatons un vrai recul : la route qui mène à la décharge est impraticable, bouchée parce qu’il n’y a pas eu de travaux d’entretien, et que les complications qui surviennent chaque année à la saison des pluies n’ont pas été anticipées. Les ordures sont déchargées derrière l’école, ce qui ne respecte absolument pas les droits des hommes, et surtout des 4.000 élèves qui vivent dans le voisinage direct de ces ordures tout au long de leurs journées d’école. Il règne ici une odeur qui rend malade, une odeur irrespirable qui donne envie de vomir, fait tousser, donne des maux de tête, de ventre, d’estomac, provoque des diarrhées et attire une quantité de mouches incalculable.

Nous ne devrions pas avoir à vous supplier et à renouveler notre demande auprès de vous, car c’est votre responsabilité d’organiser et de mettre de l’ordre là où il faut, afin que les droits des enfants et des habitants alentour soient respectés. La vie est précieuse, la santé aussi ; on ne peut pas regarder sans rien faire ces choses là, et c’est pour cela que nous vous demandons, à vous Monsieur qui avez la responsabilité et l’autorité, de porter votre attention sur ce problème et de lui chercher une solution rapide.

Il est impensable que vous ne vous aperceviez pas des choses qui surviennent ici, toutes proches de vous, à Andralanitra, là où nous vivons.

Nous désirons trouver une solution appropriée et durable, afin d’éviter toute réaction du peuple qui sentirait sa dignité et ses droits bafoués.

Nous vous adressons nos sincères remerciements.

Les directrices des écoles                                                                  L’association Akamasoa
Primaire                      Collège                           Lycée
Raheriliny                   Razanadrasoa              Mme Mialy      Ravaoarivo            Père Pedro
Emmanueline              Sahondranirina                                   Marie Odette

 

Copie :

  • Monsieur le Maire d’Ambohimangakely
  • Madame le Maire d’Antananarivo Renivohitra
  • Madame la Ministre de l’Eau
  • Monsieur le Ministre de l’Environnement